Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Communiqués de presse | jeudi 18 octobre 2012

Communiqué – Les femmes et le Plan Nord : un changement de cap s’impose

Pour diffusion immédiate
CNW : code 01
GQM : 00660

Le plan de développement du Nord
Avis du Conseil du statut de la femme

Québec, le 18 octobre 2012 — Un changement de cap s’impose afin que le Plan Nord puisse bénéficier non seulement aux hommes, mais également aux femmes. C’est ce qui se dégage de l’avis : Les femmes et le Plan Nord : pour un développement nordique égalitaire, publié aujourd’hui par le Conseil du statut de la femme. Le Conseil recommande notamment que le gouvernement instaure rapidement des programmes de formation ciblés dans les villes du Nord québécois et dans les communautés autochtones pour que les femmes puissent aspirer à des emplois bien rémunérés dans les mines et dans l’industrie de la construction. On sait que les femmes comptent pour 1,2 % des effectifs dans l’industrie de la construction et moins de 14 % de la main-d’œuvre dans le secteur minier. Selon le Conseil, le gouvernement devrait déployer une vaste campagne publicitaire pour amener les femmes à postuler pour les nombreux emplois disponibles dans le Nord québécois. Il faut aussi agir en amont, dans les écoles, pour intéresser les filles à ces carrières non traditionnelles.

Pour que ça change, le Conseil estime que les compagnies minières ont aussi la responsabilité de favoriser l’accès des femmes aux métiers traditionnellement masculins. Elles devraient être appelées à mettre sur pied des programmes d’accès à l’égalité. Selon Julie Miville-Dechêne, présidente du Conseil, « Des indices laissent croire que le boom économique actuel, au nord du 49e parallèle, a des effets nuisibles sur bien des femmes. Par exemple, elles sont les premières victimes de la crise du logement et de l’accroissement de la prostitution. Mais il n’est pas trop tard pour ajuster le tir », a-t-elle ajouté. Il faut que les milieux de vie des villes et des communautés du Nord soient adaptés et aménagés de façon sécuritaire et accueillante pour faire face à l’afflux de travailleurs. À cet effet, la construction d’habitations est prioritaire, particulièrement dans les communautés autochtones où la situation est très préoccupante.

Le plan de développement du Nord québécois représente, selon le Conseil, une belle occasion d’accroître l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous sommes conscientes qu’il faut que d’importants changements de mentalités et de façons de faire doivent se produire pour renverser la vapeur. L’avis publié aujourd’hui est une contribution en ce sens. Aussi, dans les prochains mois, le Conseil publiera un avis étoffé sur les stratégies nécessaires pour intégrer les femmes à l’industrie de la construction.

Le Conseil du statut de la femme a pour mission de conseiller le gouvernement et d’informer la population sur les questions d’égalité entre les femmes et les hommes. Pour plus de renseignements, rendez-vous au www.placealegalite.gouv.qc.ca.

Annexe – Recommandations issues de l’avis

  1. Que les ministères octroyant des contrats dans le contexte Plan Nord procèdent à l’analyse différenciée selon les sexes des investissements publics prévus, en tenant compte des réalités et des besoins distincts des femmes et des hommes.
  2. Que la Société du Plan Nord ou l’instance qui la remplacera, prévoie une représentation paritaire des femmes et des hommes au conseil d’administration.
  3. Que la ministre des Ressources naturelles s’assure que les besoins des femmes, notamment en matière de formation, d’emploi et de logement, soient entendus à la Table des partenaires du Plan Nord et qu’elle formule un mandat à cet effet.
  4. Que le ministère de la Santé et des services sociaux étudie les incidences de l’embauche massive de travailleurs permanents non-résidents sur la population des communautés locales, notamment les risques de prostitution et de harcèlement pour les femmes de ces communautés. Les conclusions de cette étude devraient guider le législateur pour encadrer l’octroi de permis d’exploitation et orienter les programmes d’aide aux femmes et aux localités visées dans le Plan Nord.
  5. Que le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire s’assure que les localités visées dans le Plan Nord et faisant face à un afflux de travailleurs, résidents ou non, disposent de fonds suffisants pour développer les infrastructures municipales en fonction de l’accroissement effectif de la population.
  6. Que le ministère de la Santé et des Services sociaux s’assure que les infrastructures et les budgets de fonctionnement disponibles aux Agences de santé et de services sociaux au nord du 49e parallèle soient développés en fonction de l’accroissement de la population généré par la venue massive de travailleurs temporaires.
  7. Que le ministère de la Famille s’assure de tenir compte, dans l’offre de services de garde sur le territoire du Plan Nord, de la demande des familles nouvellement établies sur le territoire.
  8. Que le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport mènent une campagne d’information auprès des jeunes, particulièrement des filles, pour les sensibiliser aux dangers du décrochage scolaire.
  9. Que des formations préparatoires aux emplois miniers soient offertes dans ou à proximité des communautés autochtones qui avoisinent les sites miniers offrant des emplois. Que ces formations soient adaptées aux besoins des femmes des communautés nordiques afin qu’elles puissent mener à l’obtention d’un diplôme d’études professionnelles, évitant ainsi que les Autochtones soient obligés de se déraciner pour étudier dans le Sud.
  10. Que le gouvernement fasse de la construction de logements dans les communautés autochtones une priorité du Plan Nord.
  11. Qu’une formation sur l’univers culturel des Autochtones soit donnée aux travailleuses et aux travailleurs dont les entreprises côtoient les différentes communautés. Que cette formation soit développée en partenariat avec les populations autochtones touchées par le développement.
  12. Que le Comité sectoriel main-d’œuvre-mines adopte l’objectif du Comité consultatif femmes en développement de la main-d’œuvre de diversifier les choix d’études et de carrière des jeunes femmes. Qu’il se voie confier la mission d’intégrer les femmes en plus grand nombre dans les emplois de production du secteur minier et qu’il ait l’obligation d’en rendre compte.
  13. Que le Secrétariat à la condition féminine, conjointement avec les ministères concernés, développe une campagne de publicité pour amener les femmes à postuler pour les emplois disponibles dans les domaines de la construction, de l’extraction, de l’exploitation et de la production minière sur le territoire du Plan Nord.
  14. Que le gouvernement étende l’application du Programme d’obligation contractuelle aux compagnies minières bénéficiant de crédits d’impôt de 100 000 dollars ou plus, afin qu’elles soient tenues de mettre en place un programme d’accès à l’égalité en vue de favoriser l’accès des femmes aux métiers traditionnellement masculins et la rétention de cette main-d’œuvre.

Pour information

Marie-Andrée Lefebvre
Attachée de presse
Conseil du statut de la femme
marie-andree.lefebvre@csf.gouv.qc.ca
Cellulaire : 418 446-2203
Téléphone : 418 643-4326, poste 245