Aller au contenu Aller à la recherche
/ / La cause Bedford en appel

La cause Bedford en appel



Pénalisons les clients et proxénètes, décriminalisons les prostituées

À la veille de l’ouverture en Cour suprême du Canada des audiences entourant la cause Bedford, dont l’issue pourrait avoir comme résultat de décriminaliser totalement la prostitution, le Conseil du statut de la femme tient à rappeler que la prostitution est une forme d’exploitation qui porte atteinte à la dignité des femmes et au droit à l’égalité des sexes. Contrairement à ce qu’indique le mémoire déposé à la Cour Suprême du Canada par le Procureur général du Québec, le maintien des dispositions du Code criminel relatives à la prostitution (tenir une maison de débauche et vivre entièrement ou en partie des produits de la prostitution d’une autre personne) ne protège pas les prostituées. À l’inverse, la criminalisation contribue à maintenir ces femmes dans ce milieu malsain, alors qu’elles sont souvent exploitées par des proxénètes, comme l’a documenté le Conseil dans son avis La prostitution : il est temps d’agir paru en 2012. Durant les prochains mois, le Conseil aura les yeux tournés vers la Cour suprême pour suivre les travaux entourant ce débat controversé.

Abonnez-vous

Recevez toutes les publications du Conseil en vous abonnant à notre liste de diffusion.