Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Communiqués de presse | jeudi 22 août 2013

Communiqué — « Innover pour pérenniser le système de retraite »

Pour diffusion immédiate
CNW : code 01
GQM : 00660

Québec, le 22 août 2013 — La présidente du Conseil du statut de la femme, Mme Julie Miville-Dechêne, présente aujourd’hui les préoccupations de l’organisme aux membres de la Commission des finances publiques chargés d’étudier le rapport D’Amours. Le Conseil est d’accord avec l’implantation d’une rente longévité, si des ajustements y sont apportés afin de pallier les effets négatifs du parcours de vie singulier des femmes sur leurs ressources financières à la retraite. Il souhaite aussi que le gouvernement renonce aux mesures du Régime de rentes du Québec qui ont pour effet de réduire la rente accordée aux personnes qui se retirent du marché du travail avant 65 ans pour des raisons liées à un problème de santé, à la pénibilité du travail ou au rôle de proche aidant.

L’analyse du Conseil démontre que les femmes sont encore majoritairement responsables des soins à la famille et aux proches. Elles consacrent 60 % de leur temps productif aux activités domestiques et 40 % aux activités professionnelles, ce qui les rend généralement moins en mesure d’accumuler des économies substantielles en vue de la retraite. La population féminine âgée de 65 ans et plus touche un revenu moyen correspondant à 64,3 % de celui des hommes du même groupe d’âge.

« Les femmes ne doivent pas être pénalisées à la retraite parce qu’elles ont consacré quelques années à élever des enfants ou à s’occuper d’un proche malade. Il faut donc tenir compte de ce travail nécessaire à la société dans le calcul de la rente longévité »

Julie Miville-Dechêne.

Divers facteurs influencent les ressources financières dont disposent les femmes lorsqu’elles se retirent du marché du travail. En effet, puisqu’il est démontré qu’elles ont une espérance de vie supérieure à celle des hommes, elles doivent prévoir d’échelonner leurs épargnes sur une plus longue période de temps. De plus, pour plusieurs raisons, 81 % des femmes se retirent du travail avant 65 ans. De ce fait, peu d’entre elles sont en mesure de profiter des bonifications de la rente de retraite pour les personnes qui poursuivent leur participation au marché du travail au-delà de 65 ans, tel que proposé dans le rapport à l’étude par la Commission des finances publiques.

En regard de son analyse, le Conseil recommande notamment :

  • Des ajustements à la proposition d’une rente longévité – en tenant compte des plus grandes responsabilités familiales assumées par les femmes dans la famille;
  • Le transfert de cette rente longévité au conjoint survivant de façon transitoire, jusqu’à ce que l’équité en emploi et l’égalité entre les femmes et les hommes soient constatées;
  • L’abolition des nouvelles mesures qui augmenteraient la pénalité imposée aux personnes se retirant du marché du travail avant 65 ans pour une raison liée à un problème de santé, à la pénibilité du travail ou au rôle de proche aidant.

À toutes les étapes de leur vie, les femmes ont des besoins particuliers les plaçant parfois dans des situations inégalitaires. Des mesures, parfois transitoires, pour corriger la situation doivent être mises en place jusqu’à l’atteinte de l’égalité. La réforme du système de retraite devrait tenir compte de ce parcours de vie différencié puisque l’autonomie financière des femmes retraitées est indissociable de leur qualité de vie.

L’ensemble des recommandations se retrouve dans le document Une retraite plus équitable pour les femmes : mémoire sur le rapport Innover pour pérenniser le système de retraite qui peut être lu et téléchargé sur le site Web du Conseil au www.placealegalite.gouv.qc.ca.

Le Conseil du statut de la femme a pour mission de conseiller le gouvernement et d’informer la population sur les questions d’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour information

Marie-Andrée Lefebvre
Attachée de presse
Conseil du statut de la femme
marie-andree.lefebvre@csf.gouv.qc.ca
Cellulaire : 418 446-2203
Téléphone : 418 643-4326, poste 245

En annexe : la liste des recommandations du Conseil du statut de la femme.

ANNEXE

Liste des recommandations du Conseil du statut de la femme

  1. Que soit instaurée la rente longévité et, afin d’intégrer cette rente à une vision globale de la société qui encourage la natalité et le soutien des proches, que soient retranchées, dans le calcul de la rente longévité, les périodes de faible gain comprises dans la période cotisable d’un parent responsable d’un enfant d’âge préscolaire et celles d’une personne qui assume un rôle de proche aidante auprès d’une personne en perte d’autonomie.
  2. Qu’au moment de percevoir la rente longévité, le rentier choisisse entre la garantie d’un montant équivalant à cinq ans de rente ou la réversibilité au conjoint d’un pourcentage de sa rente en cas de décès.
  3. Que le gouvernement renonce aux récentes mesures du Régime de rentes du Québec qui ont pour effet de réduire plus fortement la rente de retraite accordée aux personnes qui se retirent du marché du travail avant 65 ans, et qu’une mesure plus équitable soit mise en place afin de ne pas pénaliser les personnes qui prennent leur retraite pour une raison liée à un problème de santé, à la pénibilité du travail ou au rôle de proche aidant.
  4. Que le gouvernement favorise la participation au marché du travail après 60 ans en modifiant les clauses du Régime de rentes du Québec qui entraînent actuellement un calcul défavorable de la rente de retraite dans le cas des personnes qui réduisent leurs gains de travail à la fin de leur vie active.
  5. Que le gouvernement bonifie le soutien financier des organismes sans but lucratif que sont les associations de consommateurs à vocation budgétaire afin qu’elles offrent à la population un service-conseil impartial en matière d’épargne-retraite.
  6. Qu’un service téléphonique soit mis sur pied par la Régie des rentes du Québec afin de compléter l’offre d’information fournie par les associations de consommateurs et de joindre les personnes qui ne sont desservies par aucune de ces associations