Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Communiqués de presse | mardi 12 novembre 2013

Communiqué – Assurance autonomie – S’assurer que les femmes vulnérables soient mieux protégées

Pour diffusion immédiate
CNW : code 01
GQM : 00660

Québec, le 12 novembre 2013 – Dans un mémoire rendu public aujourd’hui sur le Livre blanc intitulé L’autonomie pour tous, le Conseil du statut de la femme rappelle au gouvernement que les femmes portent doublement le poids de l’expérience du vieillissement : elles sont les principales dispensatrices des soins à domicile, comme travailleuses (jusqu’à 93 % de femmes dans le secteur privé à but non lucratif) ou proches aidantes (dans 75 % des cas principales aidantes), et de grandes bénéficiaires du réseau de la santé. Elles vivent plus longtemps – plus souvent seules et en moins bonne santé – et plus pauvres que les hommes. Après 65 ans, elles disposent d’un revenu équivalant à 70 % de celui des hommes.

Cette réalité, insiste le Conseil, exige des mesures spécifiques qui vont de la nécessité de s’assurer d’une plus grande disponibilité des médecins généralistes pour leurs patientes et patients âgés à domicile, à celle de soutenir les proches aidants ou à rehausser les salaires des travailleuses et des travailleurs qui œuvre au domicile des malades.

« Si on veut que les femmes et les hommes vieillissent chez eux plutôt qu’en institution, il faut leur fournir des services suffisants et de qualité », dit la présidente de l’organisme, Mme Julie Miville-Dechêne. « Nous souscrivons au projet d’assurance autonomie de même qu’à l’idée d’un financement public pour permettre aux personnes en perte d’autonomie de demeurer le plus longtemps possible à domicile. Nous croyons cependant que le ministre de la Santé doit tenir compte du parcours de vie spécifique des femmes, de leur plus grande pauvreté, et de la dévalorisation des métiers perçus comme étant féminins, tels ceux d’auxiliaires à domicile.»

N’ayant pas été invité aux consultations particulières de la Commission de la santé et des services sociaux qui se déroulent jusqu’au 19 novembre, le Conseil sollicitera une rencontre avec le ministre Réjean Hébert dans les prochains jours afin de lui faire part de son analyse et de ses recommandations.

Pour que le virage des soins à domicile contribue réellement à l’amélioration des conditions de vie des femmes, à toutes les étapes de leur vie, le Conseil émet douze recommandations au gouvernement, notamment :

  • Que le gouvernement examine la possibilité de créer un régime d’assurance responsabilité familiale ou d’élargir le régime québécois d’assurance parentale pour en faire une caisse multifonctionnelle qui inclurait la compensation financière pour congé pour prise en charge d’un proche en perte d’autonomie.
  • Que le gouvernement inclut dans la future politique nationale de maintien à domicile, l’obligation pour les CSSS de procéder à l’évaluation des besoins non seulement pour les personnes en perte d’autonomie, mais aussi pour les proches qui auront à jouer un rôle de proches aidants.
  • Que des subventions du gouvernent permettent au secteur de l’économie sociale de rehausser les salaires des travailleuses et travailleurs œuvrant au domicile des malades et que ceux-ci bénéficient d’une formation équivalent au personnel issu des secteurs publics et privés.
  • Que la gratuité des services de maintien à domicile soit assurée aux personnes âgées et aux malades ayant un revenu disponible de moins de 20 000 $ par année.

Enfin, le Conseil rappelle l’importance de renforcer la première ligne médicale en donnant accès de façon équitable à toute la population à des soins de qualité et gratuits, notamment en revoyant le mode de rémunération des médecins, comme il l’a soulevé dans son avis Femmes et santé : plaidoyer pour un accès ouvert à la première ligne médicale publié en octobre 2013, ainsi qu’en 1999 dans l’ouvrage Virage ambulatoire : le prix caché pour les femmes.

L’ensemble des recommandations est disponible dans le mémoire : www.placealegalite.gouv.qc.ca.

Le Conseil du statut de la femme a pour mission de conseiller le gouvernement et d’informer la population sur les questions d’égalité entre les femmes et les hommes.

Pour information rendez-vous au www.placealegalite.gouv.qc.ca

Marie-Andrée Lefebvre
Attachée de presse
Conseil du statut de la femme
marie-andree.lefebvre@csf.gouv.qc.ca
Cellulaire : 418 446-2203
Téléphone : 418 643-4326, poste 245