Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Allocutions | jeudi 28 novembre 2013

Allocution – 30e anniversaire du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT)

Notes pour une allocution de la présidente du Conseil du statut de la femme, Mme Julie Miville-Dechêne

30e anniversaire du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail


Le jeudi 28 novembre 2013

La version prononcée fait foi.

Cela me fait un grand plaisir de joindre ma voix à celles des femmes qui m’entourent, afin de célébrer avec vous les 30 ans du Conseil d’intervention pour l’accès des femmes au travail (CIAFT). Depuis 30 ans, cette organisation travaille d’arrache-pied afin de faire reconnaître les obstacles auxquels sont confrontées les femmes sur le marché du travail, ainsi qu’à créer des liens de solidarité et des partenariats, pour faire tomber ces barrières.

Le Conseil du statut de la femme (CSF) et le CIAFT ont une longue histoire de collaboration, et le travail du CIAFT nous a servi plus d’une fois.

Qu’il s’agisse :

  • Du Mémoire sur le projet de loi no 110, Loi modifiant le régime de santé et de sécurité du travail pour accorder une plus grande protection à certains domestiques (2012);
  • De l’avis Intégrer les femmes aux grands choix économiques, sociaux et environnementaux (2010);
  • Du Mémoire sur le projet de loi no 143, Loi modifiant la Loi sur les normes du travail (2002);
  • Ou d’une autre de nos publications sur les femmes et le travail.

Nous avons pu compter sur des données fiables et des analyses minutieuses de la réalité des femmes sur le marché du travail grâce au CIAFT.

Dans le cadre de notre plus récente recherche sur ce sujet, l’avis Une mixité en chantier : Les femmes dans les métiers de la construction (2013), la chercheuse Geneviève Dumont a pu compter sur la collaboration et l’appui du CIAFT tout au long de sa recherche.

Des dires de la chercheuse elle-même, le CIAFT était tout en haut de sa liste de groupes à rencontrer. Elle tenait à commencer son investigation avec ce groupe, parce qu’elle savait qu’elle pourrait y prendre le pouls de la situation des femmes sur le terrain. Elle comptait sur la notoriété du CIAFT et sur la volonté de cette organisation de soutenir les femmes dans leur recherche et leur maintien en emploi.

Les personnes qu’elle a rencontrées l’ont beaucoup instruite. Grâce à elles, nous avons notamment eu vent d’un centre de formation bien spécial, en Alberta, qui s’appelle Women Building Futures (Les femmes construisent l’avenir) et qui œuvrent activement à former les femmes et à faire reconnaître leur travail auprès des entreprises albertaines.

Dans sa mission de recherche, le Conseil du statut de la femme a, selon moi, un intérêt clair à se rapprocher des groupes comme le CIAFT, qui sont sur le terrain, qui connaissent les problématiques, les avenues de solution et la réalité de la situation des femmes au travail. Plus particulièrement dans les métiers non traditionnels, il peut être difficile d’avoir un portrait clair de la situation, au-delà des statistiques qui démontrent la faible présence des femmes dans ce secteur.

Grâce au lien de collaboration qui s’est instauré entre Mme Dumont et le CIAFT, dès le début de sa recherche, celle-ci a eu accès à de l’information directe, privilégiée. Par exemple, elle a pu siéger, à titre d’observatrice, aux rencontres de la Coalition québécoise pour les femmes dans la construction, chapeautée par le CIAFT. Elle a eu accès à des références précieuses, et cela lui a permis de comprendre qui était impliqué activement dans ce dossier. Tout au long de sa rédaction, notre chercheuse a pu appuyer les principes qui étaient mis de l’avant au sein de ce comité, tout en respectant le mandat de recherche dont elle était chargée.

Je crois de tout cœur que nous avons intérêt à conserver et à consolider les liens qui unissent le CSF et les groupes comme le CIAFT. Ces femmes ont une expertise reconnue, qu’elles ont développée au cours des 30 dernières années, et qui mérite d’être reconnue à sa juste valeur. Elles font beaucoup, avec peu de moyens, et elles méritent que ce travail soit applaudi.

Je vous remercie, longue vie au CIAFT