Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Communiqués de presse | jeudi 5 décembre 2013

Communiqué – Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

Pour diffusion immédiate
CNW : code 01
GQM : 00660

TOUTE MANIFESTION DE VIOLENCE PORTE ATTEINTE À LA DIGNITÉ DES FEMMES ET AU DROIT À L’ÉGALITÉ

Québec, le 5 décembre 2013 — Cet — Cette année, la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes marquera le 24e anniversaire du drame de l’École polytechnique de Montréal, où 14 femmes ont été assassinées le 6 décembre 1989. Comme tous les ans, le Conseil du statut de la femme joint sa voix aux initiatives de plusieurs organisations québécoises afin de rappeler le caractère inacceptable de la violence envers les femmes.

« Ces jeunes étudiantes de l’École polytechnique ont été assassinées simplement parce qu’elles étaient des femmes et qu’elles aspiraient à faire leur place dans des milieux professionnels traditionnellement masculins », a déclaré la présidente du Conseil, Mme Miville-Dechêne. « Ce triste anniversaire doit nous inciter à remettre en cause les fondements mêmes de cette culture de discrimination et de banalisation qui permet à la violence de se perpétuer, que ce soit en matière d’agressions sexuelles ou de crimes en contexte conjugal et familial », affirme Mme Miville-Dechêne.

Préoccupé par ces manifestations dramatiques de l’inégalité entre les sexes, le Conseil a toujours placé ces questions au cœur de ses travaux. Rappelons que le Conseil a publié récemment une étude sans précédent au pays sur la problématique complexe et méconnue des crimes d’honneur. Dans cet avis, le Conseil demande au gouvernement d’agir et propose des moyens de prévention pour assurer la sécurité des filles et des femmes victimes des violences basées sur l’honneur, que ce soit le contrôle excessif des adolescentes, les tests de virginité, les mutilations génitales, le mariage forcé, l’incitation au suicide ou, ultimement, le meurtre.

« Il est essentiel de briser le silence et de reconnaître que toute forme de violence porte atteinte à la dignité des femmes, au droit à l’égalité et aux droits fondamentaux », conclut Mme Miville-Dechêne.

Pour information

Marie-Andrée Lefebvre
Attachée de presse
Conseil du statut de la femme
marie-andree.lefebvre@csf.gouv.qc.ca
Cellulaire : 418 446-2203
Téléphone : 418 643-4326, poste 245