Aller au contenu Aller à la recherche
/ / Décision de la Cour suprême sur la prostitution dans la cause Bedford

Décision de la Cour suprême sur la prostitution dans la cause Bedford



Il est urgent de criminaliser l’achat d’actes sexuels

Le Conseil du statut de la femme trouve très inquiétante la décision de la Cour suprême du Canada qui décriminalise trois articles du Code criminel au cœur de la prostitution : la tenue d’une maison de débauche, le fait de vivre des fruits de la prostitution d’autrui et la communication à des fins de prostitution. Même si le Conseil est soulagé que les femmes prostituées soient décriminalisées par cette décision, celle-ci banalise l’exploitation dont est victime la très grande majorité d’entre elles. « Nous sommes préoccupées des conséquences possibles de ce jugement qui facilitera la vie des clients et des proxénètes et qui aura certainement un effet sur l’augmentation du nombre de prostituées et sur la traite humaine », a soutenu la présidente du Conseil, Mme Julie Miville-Dechêne. Dans un avis publié en mai 2012, le Conseil recommande de pénaliser les clients et les proxénètes et de décriminaliser les personnes prostituées.

Abonnez-vous

Recevez toutes les publications du Conseil en vous abonnant à notre liste de diffusion.