Aller directement au contenu
Logo du Conseil du statut de la femme

Place à l'égalité
entre les femmes et les hommes

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Vignette du logo du Conseil.

Suivez le Conseil sur Twitter!

Lettres | mardi 14 janvier 2014

Commentaires sur l’inclusion du principe de l’égalité sociale, économique et politique entre les femmes et les hommes dans la nouvelle Politique nationale de la ruralité 2014-2024

Voici les commentaires que la présidente du Conseil du statut de la femme, Madame Julie Miville-Dechêne, a fait parvenir au ministre délégué aux régions, Monsieur Gaétan Lelièvre, le 14 janvier 2014.

J’ai pris connaissance avec intérêt de la Politique nationale de la ruralité 2014- 2024. Depuis plus de 20 ans, le Conseil du statut de la femme se préoccupe du développement régional et de la place que les femmes y occupent, en publiant des avis, des études et des portraits socioéconomiques.

La nouvelle Politique nationale de la ruralité est dynamique et stimulante. Confiance et reconnaissance en la capacité des milieux sont des stratégies motivantes, d’autant plus qu’elles s’accompagnent de moyens financiers et de ressources qui tiennent compte de leur vitalité et de leur capacité. Le Conseil avait déjà fait une recommandation en ce sens, pour éviter que les milieux en difficulté ne puissent compter que sur leur propre initiative, creusant ainsi les inégalités déjà constatées.

Je me permets toutefois de porter à votre attention le fait que votre document ne comporte aucune mention du principe de l’égalité sociale, économique et politique entre les femmes et les hommes.

La variable « sexe », dans l’approche intersectorielle, dans le développement multifonctionnel des territoires et dans la mise en place de l’outil de mesure de la vitalité sociale est un élément incontournable. La Politique gouvernementale pour l’égalité entre les femmes et les hommes indique que l’analyse différenciée selon les sexes (ADS) est un outil qui permet de considérer les contraintes propres à chaque sexe, dès la conception des projets, des politiques et des programmes, afin d’incorporer la perspective de l’égalité entre les sexes dans les actions qui en découlent.

En ce sens, la Politique nationale de la ruralité m’apparaît un terreau fertile pour appliquer l’analyse différenciée selon les sexes. Qu’on traite d’emploi, de nouvelles technologies, d’utilisation des services de proximité, ou de tout autre dossier concernant les populations qui occupent le territoire, une analyse des réalités distinctes des femmes et des hommes et la recherche de solutions appropriées, me semblent porteuses d’un développement plus harmonieux et durable.

À cet égard, je suggérerais que les municipalités régionales de comté (MRC) soient informées et sensibilisées à l’utilisation de l’outil ADS par le biais des Conférences administratives régionales (CAR) et des ministères et organismes qui y participent, ou par tout autre mécanisme approprié.

S’étant engagé à soutenir l’occupation et la vitalité du territoire à travers son plan stratégique 2013-2017, le Conseil s’inscrit comme partenaire afin que la Politique nationale de la ruralité contribue à l’atteinte de l’égalité entre les femmes et les hommes. Conséquemment, les responsables régionales du Conseil qui siègent à la plupart des CAR, pourraient être mises à contribution dans la mise en œuvre de la politique.